Ecrivez votre article

LES LIMITES


Les limites sont un besoin naturel de chaque personne, il est impossible de vivre sans limites meme lorsque l’on est en besoin d’une liberté absolue. Notre liberté comporte des limites à commencer par nos capacités physiques de ne pas aller au de-là de certaines possiblités : sportives, alimentaires, financières.

 

Les limites nous permettent de fixer notre territoire, le lieu où nous nous sentons, bien, ce que nous maîtrisons.

 

 Definition :

Une limite fixe un territoire.

Limite de territoire : Cela représente le cadre de référence de notre action, une limite peut aussi représenter une frontière qui définie l’appartenance ou non à un groupe. Cela permet de savoir si nous appartenons ou pas à un groupe et dans ce goupe définir notre place et notre rôle par rapport à notre position vis à vis de la frontère du groupe.

La définition des frontières est intimement liée à la notion de groupe, de cellule de travail, de système ou d’équipe selon les auteurs. Elle est aussi liée à la pratique du management et aux relations entre un manager et ses collaborateurs.

Définir une frontière c’est définir ce qu’est un groupe.

Le rôle du manager est de gérer les frontières interne et externe d’un groupe.

 

Nos limites définissent également notre place et notre rôle dans un groupe c’est pour cela qu’il est important des les identifier ou de les fixer lorsque l’on intègre un groupe.

 

Limite de territoire : Le cadre de référence, ce sont les « lunettes » au travers desquelles chacun voit la réalité.

La réalité est perçue au travers  de filtres constitués de nos propres sens, de notre structure psychologiques, de nos croyances, de notre culture... et du contexte. C'est ce qui fait qu'une même réalité observée par deux personnes est nécessairement perçue différemment.

 

Quel est le sens des limites : a quoi ça sert :

         Les limites constituent notre vision du monde et donc marquent notre territoire.

         Il ne  faut pas les dépasser pour soi et pour les autres, dans le respect du territoire des autres, ne pas empiéter et ne pas envahir les autres.

         Protection : la nécessité de fixer des limites pour nous mêmes entre ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas.

Une fois qu’elles ont été soigneusement définies, il est temps de les établir vis à vis des autres. Car toute personne qui ignore où sont nos bornes n’a aucune raison…

   

de ne pas les dépasser.

Du coup,  tant que nous n’avons pas exprimé les limites en question, personne ne sait où elles se trouvent et si certains les dépassent, nous en sommes complices par notre absence d’affirmation. Souvent on se sent envahi et dérangé par une personne tout simplement parce que nous n’avons pas exprimé clairement par nos mots ou notre comportement quelles sont nos limites.

 

Il y a deux conditions à l’établissement d’une limite: qu’elle soit clairement exprimée et que son franchissement entraîne systématiquement une sortie immédiate de l’interaction, pour signifier l’importance de cette limite à vos yeux.

Formuler une limite
Il est essentiel d’être très précis, très clair pour s’assurer que notre interlocuteur reçoit bien le message que vous voulons lui faire parvenir.
 

Quel est le danger des limites :

 

Le danger des limites est de nous enfermer en particulier dans nos croyances. Ne pas réussir à aller au delà et rester campé sur ses positions (ses croyances)

         Les croyances : tres souvent nous construisons nos limites nous-même, elles ne nous sont pas imposées, elles viennent de nos croyances.

Qu'est ce qu'une croyance, comment se construit-elle, a quoi sert une croyance, comment s'en libérer ou la transformer ? ( a voir l’article sur les croyances)

 

Notre crédibilité dépend de la cohérence entre nos actes et nos mots. Un exemple d’une banalité confondante: le parent qui menace son marmot de punition et qui n’agit jamais. L’enfant aura vite fait de comprendre le vide de la menace… il en va de même entre adultes.

 

En quoi les limites peuvent m’aider

Les limites nous sécurisent et nous evitent de nous mettre en danger. Elles constituent également notre zone de confort dans laquelle nous sommes à l’aise. Le challenge peut etre de sortir de sa zone de confort pour se mettre un peu en danger  et explorer de nouveaux territoires pour acquérir de nouvelles compétences : par exemple accepter un travail qui nous demande de nous former à quelque chose que nous ne connaissions pas mais qui peut nous permettre de nous surpasser et découvrir de nouveaux enjeux et challenge. Nous enrichir et nous permettre de nous épanouir davantage.

        

Ne pas se mettre en danger : Est ce que je peux dépasser mes limites et quel danger à le faire?

Etablir nos limites a de nombreux bénéfices: nous aider à sortir du triangle de Karpman (sauveur, persecuteur, victime), nous affirmer, renforcer l’estime de soi, participer à la satisfaction du besoin de sécurité, du besoin de reconnaissance, construire des relations plus équilibrées. Alors si difficile que cela puisse paraître, rappelons-nous que c’est un investissement sur l’avenir.

 

         Se surpasser : Jusqu'où pouvons nous aller, de quoi sommes nous capable, comment se construire, quel est notre possible, quelle est notre vision du monde?

Comment aller au-delà de notre possible et sortir de notre zone de confort

 

Quel est l'interêt des limites, comment s'en servir?

 

Bien gérer les frontières c’est avoir des modalités claires et précises voire écrites (règles) que les collaborateurs comprendront et appliqueront facilement.

Pour se résumer les frontières posent des limites internes et externes au groupe, déterminent des rôles, des flux et oblige le groupe à se concentrer sur ses activités. (c'est-à-dire ce pour quoi il existe)

 

                                       

L’autonomie

Les limites définissent l’autonomie. La zone dans laquelle je suis seul maître à bord et que je gère tout seul.

Petit Robert = droit de se gouverner par ses propres lois

C’est la capacité de se determiner seul

Quelles sont les limites de mon environnement, de mon monde,  de ma planète?

 Exemple vague:
« Je ne supporte pas qu’on me parle comme ça »
Comme quoi? Ce comme ça, c’est votre interprétation, votre perception, et elles sont peut-être éloignées de l’intention de votre interlocuteur. Est-ce le ton, les mots qui vous gênent?
En effet, nous pouvons percevoir comme agressif le ton d’une personne qui n’a aucune intention d’être agressive et qui du coup n’aura aucune idée de ce que nous sommes en train de raconter. Préférez une formule du genre:
« Je trouve ton ton agressif. Je refuse qu’on me parle d’un ton agressif, j’accepterai volontiers de parler de ce problème avec toi quand tu me parleras d’un ton calme »

Ainsi, chacun a sa propre définition de ce qui est bien, mal, juste, injuste, effrayant, facile, difficile, sale, propre….

 

Quelle est ma vision du monde ? Qu’est ce que je vois sur cette photo ?
 

Description : C:\Documents and Settings\Michel\Mes documents\Mes images\Boring.gif

 

ici...


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.